Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Pour s'inscrire sur le site

Pour vous inscrire sur le site, il faut :

  1. cliquer sur le mot connexion en rouge situé sous l'intitulé du site "Le forum de Brassens et de ses poètes". Au centre trois onglets apparaissent.
  2. cliquer sur le deuxième onglet intitulé "je veux m'enregistrer"
  3. saisir le formulaire d'enregistrement
    • les informations obligatoires sont marquées d'une étoile rouge.
    • il faut choisir un ou plusieurs groupes pour en devenir membre
    • être membre d'un groupe donne la possibilité de poster un message dans le forum correspondant
  4. vous allez recevoir par la suite un e-mail à l'adresse que vous avez renseignée dans le formulaire
  5. un lien dans ce mail reçu vous permet de confirmer votre inscription
  6. en parallèle l'administrateur du(des) forum(des) choisi(s) est informé de votre inscription

Les forums que vous aurez choisis lors de l'inscription seront accessibles en lecture et en écriture (via agrément du modérateur)

Les forums non choisis lors de l'inscription seront uniquement accessibles en lecture

A bientôt et bon partage sur nos forums

Connexion au site pour accéder à un contenu plus fourni

Important

Se connecter au site permet d'avoir accès à un contenu beaucoup plus large et à d'avantage de fonctionnalités.

Alors n'hésitez pas à vous inscrire si ce n'est pas déjà fait et n'oubliez pas de vous connecter avec votre identifiant et votre mot de passe.

Pour cela appuyer sur Connexion sous la Photo de Georges dans le bandeau du haut à gauche.

Vous y trouverez les articles de JP, les émissions Jardins d'Isis et Traces de Lumières. Vous pourrez participez au débats des forums.

Pour se faire aider aller voir les aides (Faq) ici http://www.georgesbrassens-gb.eu/index.php?tg=faq&idx=Print&item=1

 

Enfin Venise

Enfin Venise...

 

Que d'eau a dû couler sous les ponts de Venise,

De souhaits, de soupirs, pour cette île promise,

Avant qu'un gondolier sur nos deux coeurs charmés,

En la Sérénissime, ait  - pour nous -  à ramer...

Le Rialto sur l'ode est d'une allure exquise,

Ahurissant cliché, l'âme se latinise :

Ce voyage prévu et enfin programmé,

D'un vieux couple attendri, par l'ardeur, animé...

 

Vérone en Italie, ici comme à Venise,

Le romantisme est loi, la passion est devise,

Le bonheur des amants qui est âpre à clamer,

A l'amour à la mort quand il est proclamé.

Où Juliette en statue a les seins qui reluisent,

Son buste caressé par tant de mains éprises,

Son balcon, les baisers du Roméo aimé,

Des serments pleins les murs de destins enflammés...

 

Et que le lac de Garde en ses reflets nous disent :

De vivre nos plaisirs, et s'ils se fragilisent,

Que Verdi, Vivaldi sachent nous promener

Sur la Carte du Tendre avec nos yeux fermés...

Que l'illusion d'y croire et puisqu'elle est de mise,

La flèche à Cupidon tirée avec maîtrise

Demeure un flux de joie et... toujours consommé

Devant l'éternité encore à consumer !

 

Qu'à "pas doux", Saint-Antoine, affairé, nous conduise

Vers l'art, vers la beauté et que se réalise

Notre rêve candide où brille, en résumé,

Des éclats de tendresse en projets assumés.

Commedia Dell'arte, tarentelle qui grise,

Romance transalpine et qui nous dépaysent,

Aux airs joyeux chantants ravis de s'exprimer

Subliment deux époux quelque peu transformés...

 

JP F. Sitting Bull (Septembre 2017)

Emission Traces de lumière du 11 Septembre 2017 : festival Voix vives à Sète : les poètes Jean Portante et Paul de Brancion

Christian Malaplate fait une rétrospective du Festival Voix vives à Sète de juillet 2017 portant sur deux poètes, Jean Portante, poète luxembourgeois né en 1950 et Paul de Brancion, poète français né en 1951.

Jean Portante est un poète Luxembourgeois né en 1950 à Differdange, ville minière du Grand-Duché, de parents italiens à peine arrivés au pays. Il est venu à l’âge de 33 ans à l’écriture. Avant, il a étudié en France, à Nancy, et était tour à tour agitateur dans la foulée de mai 68 et professeur de français. En 1983, alors qu’il écrit son premier recueil de poèmes, «Feu et boue», il s’installe à Paris. De longs séjours en Amérique latine l’ont familiarisé avec la langue espagnole et, parallèlement à son travail d’écriture, Jean Portante développe depuis plus de vingt ans une activité de traducteur (notamment de Juan Gelman), mais aussi de Gonzalo Rojas et de dizaines de voix poétiques de langue espagnole, allemande, anglaise ou luxembourgeoise.
Actuellement, il dirige au Luxembourg la collection Graphiti (poésie) des éditions PHI et collabore à l’hebdomadaire Le Jeudi. En France, il est membre de l'Académie Mallarmé et du jury du Prix Apollinaire.

Paul de Brancion est né en 1951. Après des études de philosophie, il a longtemps été professeur d'université, enseignant la philologie romane et la littérature (Aarhus, Danemark ; Strasbourg). Il travaille désormais à Paris.
Il est fondateur et directeur de la rédaction de la revue littéraire Sarrazine (depuis 1993) dont le siège est à la Maison des Associations de Saint Germain en Laye.
Il a été producteur et animateur de radio (émissions littéraires à Strasbourg et à Paris).

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Emission Prélude du 11 Septembre 2017 : la damnation de Faust d'Hector Berlioz

« La musique a de grandes ailes que les murs d’un théâtre ne lui permettent pas d’étendre entièrement ». 

Berlioz était fasciné par la traduction du Faust de Goethe par Gérard de Nerval, mais il avait conscience des difficultés que susciterait la mise en musique d’un chef-d’œuvre aussi complexe. La Damnation de Faust qui prend forme à partir d’une œuvre de jeunesse remaniée, Les Huit Scènes de Faust, demeure inclassable, débordant des cadres habituels d’un livret d’opéra en mêlant le chant et la parole pour  mieux déployer de grandes pages orchestrales. Intitulée légende dramatique, elle se présente comme une succession de tableaux dont la représentation scénique reste malaisée. Elle relève plus d’un théâtre de l’imaginaire reliant entre elles des scènes musicales allant de la méditation solitaire aux emportements  de la foule, en passant par les élans de l’amour ou les fureurs démoniaques, selon l’inspiration du compositeur.  En 1846, à sa création en version concert, l’ouvrage fut un échec. En revanche, la première mise en scène qui date de 1893 rencontra un grand succès. Depuis, les versions concert alternent avec les mises en scène souvent spectaculaires et marquantes comme celle que réalisa Maurice Béjart en 1964. Malgré son caractère hybride renforcé par le manque de cohérence de la composition dramatique, La Damnation s’impose comme une œuvre lyrique majeure représentative de l’esthétique romantique. Faust est l’archétype du héros romantique en proie à  une vive souffrance intérieure, cherchant sa guérison au sein de la Nature « immense, impénétrable et fière » et finalement conduit par amour à choisir les ténèbres de l’enfer où l’entraîne Méphistophélès. 

 

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

La Mouche

La Mouche

 

Telle une vile mouche ayant trop tournoyé,

Suçant de-ci de-là les parois de mes verres,

Je me sentis comme elle être à mon tour noyé,

Imbibé, plein d'alcool, dans sa prison de verre.

 

Lors, moi, hideux insecte atrophié par mon zèle ;

Quand ce qui est nectar devient plutôt poison

Et que ne sachant plus voler à tire-d'aile,

Je heurtais sans espoir l'invisible cloison...

 

J'étais trop isolé, avais beau me débattre

Et j'étais bien trop fier pour crier : "Au secours !"

Ce funeste destin allait sur moi s'abattre :

"Crever"  sans essayer de changer de parcours...

 

Pourquoi tant d'énergie et se voiler la face

Au lieu de  rechercher bon sens et  volonté ?

Et comment l'asticot refera-t-il surface ?

Peut-il encor –– si bas –– pouvoir tout surmonter ?

 

C'est alors que la poisse eut raison de mon geste

Libérant la bestiole emprisonnée en moi ;

J'avais bien trop souffert de cette horrible peste :

La mouche enfin séchée échappa à mon doigt !

 

Et si je vole encore et n'ai plus le bourdon

C'est que j'ai retrouvé une force nouvelle,

Loin des fiels frelatés mais près de compagnons

M'aidant à voir ma vie autrement et plus belle.

 

L'humilité, toujours, est la vertu des sages :

Ô toi ami Tartempion, Truc, Machin, Untel,

Ou toi mouche qui sombre en d'infâmes naufrages :

Une main peut se tendre en quête d'arc-en-ciel !

 

JP F. Sitting Bull 19 mars 1999

Communiquer

Communiquer ?

 

Et du bout de son doigt sur sa télécommande,

Il s'informe du monde à l'instant immédiat,

Comble sa solitude à l'instar des médias,

Communiquant sans âme un appel sans demande.

 

Comme il vit seul chez lui, le réseau  internet,

Sur son P.C. actif, lui apporte l'image

Du globe où les humains, - Pour Dieu sait quel présage ? - ,

Se branchent sans se voir et sans visage au net...

 

Point de coeur éprouvé quand les sens se relaxent :

Ce qui vient du lointain n'a plus de profondeur.

Malgré un doux  message inclus au répondeur,

L'échange des ardeurs, piteusement se faxe !

 

Au listing, encodé, sur fichier, en mots clefs,

Se perd son chiffre "Un" avec ou sans les autres,

Un grain de blé  semé dans le vrac des épeautres,

Faussement inconnu et sans accès bouclé...

 

Et du téléshopping au choix sur catalogue,

De la pizza livrée "hors convivialité",

Self banking, self-service, autre touche à pointer,

S'absente le contact, et donc, le dialogue !

 

Progrès qui a pour nom : "La Communication",

Qui supprime l'attente et tente les approches,

Mais sans cri, sans soupir : « Comment se sentir proches,

De brancher sa passion sur tant de connexions ? »

 

Et  ses voisins, par mails, sur sa messagerie,

Sont-ils plus près de lui,  de son « for(t) » intérieur ?

 

Mais non !... il abolit tout le charme extérieur

De son jardin de fleur, en quête d’égéries...

 

Oui, le gadget séduit, la technique ravit,

Lui ou moi bien piégés dans l'ère virtuelle,

Où nos  objets se font fonte résiduelle,

Où le souffle et la voix nous ont été ravis...

Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements dans l'Agenda

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Nos liens favoris

Septembre 2017  S.38

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire