Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Pour s'inscrire sur le site

Pour vous inscrire sur le site, il faut :

  1. cliquer sur le mot connexion en rouge situé sous l'intitulé du site "Le forum de Brassens et de ses poètes". Au centre trois onglets apparaissent.
  2. cliquer sur le deuxième onglet intitulé "je veux m'enregistrer"
  3. saisir le formulaire d'enregistrement
    • les informations obligatoires sont marquées d'une étoile rouge.
    • il faut choisir un ou plusieurs groupes pour en devenir membre
    • être membre d'un groupe donne la possibilité de poster un message dans le forum correspondant
  4. vous allez recevoir par la suite un e-mail à l'adresse que vous avez renseignée dans le formulaire
  5. un lien dans ce mail reçu vous permet de confirmer votre inscription
  6. en parallèle l'administrateur du(des) forum(des) choisi(s) est informé de votre inscription

Les forums que vous aurez choisis lors de l'inscription seront accessibles en lecture et en écriture (via agrément du modérateur)

Les forums non choisis lors de l'inscription seront uniquement accessibles en lecture

A bientôt et bon partage sur nos forums

Connexion au site pour accéder à un contenu plus fourni

Important

Se connecter au site permet d'avoir accès à un contenu beaucoup plus large et à d'avantage de fonctionnalités.

Alors n'hésitez pas à vous inscrire si ce n'est pas déjà fait et n'oubliez pas de vous connecter avec votre identifiant et votre mot de passe.

Pour cela appuyer sur Connexion sous la Photo de Georges dans le bandeau du haut à gauche.

Vous y trouverez les articles de JP, les émissions Jardins d'Isis et Traces de Lumières. Vous pourrez participez au débats des forums.

Pour se faire aider aller voir les aides (Faq) ici http://www.georgesbrassens-gb.eu/index.php?tg=faq&idx=Print&item=1

 

Festival Jean Ferrat 2018 - Chirens- Isère

Plus de détail ici : Festival Ferrat 2018

 

 

 

Traces de lumière du 16 Avril 2018 : Les poètes de la guerre d'Espagne

Dans cette émission Christian MALAPLATE nous raconte les faits de la guerre d'Espagne qui ont engendré des réactions chez les peintres,  poètes et écrivains Européens de l'époque.

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Emission Prélude du 09 Avril 2018 : Antonin Dvorak

Danses slaves

Antonín Dvořák est un compositeur tchèque romantique du XIXe siècle né à Nelahozèvzes en 1841 et mort à Prague en 1904. Compositeur prolixe, simple et patriotique, héritier du romantisme musical allemand, Antonín Dvořák introduit dans son langage musical des éléments du folklore de Bohème ou de Moravie, évoquant ainsi la nature et la culture tchèque et slave.

Fils du boucher-aubergiste d’un village, Antonín Dvořák apprend le violon, puis étudie à l’école d’orgue de Prague. Pendant les 10 ans où il occupe le poste d’alto solo à l’orchestre du Théâtre de Prague, il découvre le répertoire lyrique et symphonique européen, sous la baguette de chefs d’orchestre prestigieux tels Richard Wagner, Hans von Bülow, Franz Liszt ou encore Bedřich Smetana.

Grâce à son amitié avec Johannes Brahms,Leoš Janáček et Hans von Bülow,ses œuvres sont diffusées en Europe et il s’impose rapidement comme Le compositeur tchèque. Antonín Dvořák voyage beaucoup, en particulier en Angleterre, puis aux Etats-Unis où il dirige le Conservatoire national de New York jusqu'en 1895.

Après les décès de son père et de son ami Piotr Tchaïkovski , la nostalgie de son pays le fait revenir dans sa Bohème natale, où il se consacre dans ses dernières années au poème symphonique et à l’opéra. Il meurt le 1er mai 1904.

L’œuvre de Dvořák, au caractère parfois nostalgique mais finalement optimiste, est considérable dans tous les genres. Il a su donner ses lettres de noblesse à la musique populaire slave en l’introduisant dans les grandes formes classiques (symphonies, concertos, quatuors etc…) sans en détruire l’essence. Antonín Dvořák a su découvrir l’essence d’un art national dont la musique est restée un des meilleurs symboles, et qui permettra à ses héritiers Josef Suk, Leoš Janáček ou Bohuslav Martinů, d’atteindre une originalité profonde.

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Sur le bas du pavé

Sur le bas du pavé

Hésitant, arpentant le seuil de pauvreté,
Sur le bas du pavé, son chemin d'infortune,
Un mendiant tend la main en quête d'une thune,
De peur, la faim au ventre, à son sort, confronté...

D'intérêt "parent pauvre", il ne fait pas la "Une",
Subissant le revers de la réalité,
C'est la tache souillant toute félicité,
C'est un destin perdu, c'est l'ombre de la lune...

Je ne sais que penser ou comment militer ?
Il y a tant d'espoir face à tant de lacunes ;
Peu de choses, je crois, peut le réconforter...

Mais le profit injuste, aux pauvres, tient rancune ;
La valeur est d'argent et sans humanité,
Sauf  si de la bonté devient force commune...

JP F. Sitting Bull  (février 2018)

Jardin d'Isis du 15 Février 2018 : Saleh Diab

Poésie syrienne contemporaine

Saleh Diab est né à Alep (Syrie) en 1967, il vit en France depuis l’année 2000. Poète, journaliste littéraire, il a travaillé comme critique littéraire à Beyrouth pour le supplément « al -Moulhak » du journal « al -Nahar » de 1995 à 2000. Ainsi que pour d’autres journaux (« al-Hayat », « Nida Al Watan », « Assafir » etc.). Il est arrivé en France en 2000 à l’invitation du festival « Voix de la Méditerrané » de Lodève et a rejoint l’équipe du comité international de coordination du festival où il est chargé de la coordination avec le monde arabe jusqu’en 2009. Ensuite il a suivi l’équipe du festival « Voix vives de Méditerranée en Méditerranée », à Sète. De sa sélection des poètes arabes invités au festival, paraissent chaque année, chez Al Manar et Voix vives, un ou deux recueils de poètes arabes qu’il a distingués.
Après avoir obtenu un Master I en 2005 : La poésie arabe féminine après Nazik Al-Mala’ika (mention Très bien) et un Master II : Le corps dans la poésie arabe écrite par les femmes de 1960 à nos jours (mention Très bien) en 2006, il a soutenu une thèse de Doctorat intitulée Le poème en prose arabe : la poésie arabe contemporaine en 2012 (mention Très honorable avec les félicitations du jury- Paris VIII).

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Traces de lumière du 09 Avril 2018 : Francis Jammes

Clairières dans le ciel

Francis Jammes est un poète français, également romancier, dramaturge et critique.

Il est né à Tournay(65) le 2/12/1868 et est mort à Hasparren(64) le 1/11/1938.

Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.

En 1898, il publie son premier vrai recueil poétique (son meilleur selon certains), De l'angélus de l'aube à l'angélus du soir, rencontre Claudel en 1900 et publie l'année suivante Le Deuil des Primevères. 

À 35 ans, il vit très mal l'échec d'une histoire d'amour qui lui inspire le groupe de poèmes intitulé Tristesses (publié en 1906 dans son recueil Clairières dans le ciel). 

En 1905 se situe sa "conversion" au catholicisme (en fait, son retour à une pratique religieuse exigeante) : à Labastide-Clairance, le 7 juillet, Claudel, de retour de Chine, sert la messe qui marque l'évènement. Sa poésie devient plus religieuse et dogmatique. 

Début octobre 1907, à 39 ans, il se fiance (à Lourdes) et épouse une fervente admiratrice avec laquelle il a correspondu pendant quelques semaines, Geneviève Goedorp. Le poète séjournera volontiers dans l'Aisne dans les années qui ont suivi son mariage. Le couple aura sept enfants, le premier, Paul, à cause de Claudel, le second, Bernadette, à cause de Lourdes. 

En 1912 paraissent les Géorgiques chrétiennes. 

Jusqu'à sa mort, sa production poétique mais aussi romanesque et dramatique demeurera importante. 

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Emission Prélude du 02 Avril 2018 : Jean-Philippe Rameau

C’est à l’âme que la musique doit parler.

Jean-Philippe Rameau, né à Dijon en  1683 et mort à Paris en 1764, est un compositeur et théoricien français de la fin de la période baroque et du début du classicisme dont il symbolise l’apogée. Premier théoricien de l’harmonie classique, il s’impose comme une référence. Son art se déploie principalement dans des œuvres lyriques, en particulier le genre de l’opéra-ballet, et dans la musique pour clavecin.

Fils d’organiste, Rameau fait ses études au collège jésuite des Godrans mais n’y excelle pas, il décide alors de se consacrer à la musique. A 18 ans, il se rend en Italie pour parfaire son éducation musicale. Il est ensuite nommé organiste à Avignon, puis à Clermont-Ferrand  et compose ses premières cantates. En 1706, Rameau arrive à Paris  où il est organiste chez les Jésuites, et étudie l’orgue avec Louis Marchand  (concurrent de François Couperin ) ; il commence à publier des œuvres pour clavecin. Il prend en charge des fonctions d'organistes, il compose des motets  (musique sacrée) et des cantates profanes, puis il retourne à Paris où il s’installe en 1722. La même année, il publie son ouvrage théorique majeur, le Traité de l’harmonie réduite à ses principes naturels. De façon très novatrice, il présente la musique comme une science et affirme que le principe naturel de la musique réside dans l’harmonie.

La carrière lyrique de Rameau débute seulement en 1733, alors âgé de 50 ans. Il crée Hippolyte et Aricie, Les Indes galantes, Castor et Pollux. En 1745, il s’illustre à nouveau avec* La Princesse de Navarre*  et quatre autres œuvres lyriques ; il devient le musicien officiel de la Cour  (compositeur du Cabinet du Roi). Rameau continuera à composer jusqu’à sa mort.

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Il est des mots...

Il est des mots...

 

Jouer avec les  mots puisés d'un dictionnaire,

Se les approprier, sort extraordinaire,

Les transférer, échus, là sur un parchemin,

Que danse un beau ballet sous les doigts de la main...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Ecrire avec son âme, un brin de poésie,

Qu'une plume chatouille une muse ravie,

Et pour peu que ça rime, émis avec passion,

Donner à la raison, du bon sens en fusion...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Depuis qu'avant la craie au tableau indicible,

Nos premiers mots d'enfants, jolis, parfois risibles,

Ont perdu leur fraîcheur... - raviver ce plaisir

Dans un flot de candeur, de malice à saisir...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Ne pas avoir ces mots de dispute en tumute,

Refuser les slogans belliqueux de l'insulte,

Se méfier des diktat habilement tourné ;

Se méfier du pouvoir des propos détournés ...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Car les mots font l'amour, ils font l'art et les lettres,

Tantôt chaud ou coquin, ils gênent parfois l'être ;

Ils sont aussi tendresse et d'un ton nuancé,

Savent communiquer liberté de penser...  

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Alors mes mots à moi, comme une douce envie,

J'aime les promener pour créer souffle et vie,

Voyageant sur mes vers, et pourtant bien présents,

Coule l'encre du rêve en merveilleux présents...

 

JP F. Sitting Bull (Janvier 2018)

Jardin d'Isis du 08 Février 2018 : Jean Malrieu

Préface à l'amour 

Jean Malrieu est né à Montauban, le 29 Août 1915 où il décèdera le 24 avril 1976
A 20 ans, en 1935, il rencontre Georges Herment qui l'initiera à la poésie contemporaine et au jazz. Ses premiers poèmes seront publiés dans la revue Jazz Hot
Il correspond alors avec Cocteau et Max Jacob et écrit des poèmes : Automne, le Pain des cages, les chances réelles qu'il dédie à celle qui deviendra sa femme en 1938, Lilette. 
En 1936 il fait son service militaire, il sera mobilisé durant l'hiver 39/40. Après la défaite il rejoint sa famille à Montauban.
Pour survivre il passera d'un emploi à l'autre avant d'obtenir un poste d'instituteur qui le fera aller dans plusieurs villages du Tarn et Garonne. A la Libération il adhère au parti communiste. Il apprend que sa soeur résistante est morte en déportation et son souvenir apparaîtra dans plusieurs de ses poèmes. En 1948 il enseigne à Marseille. 
En 1950, Elsa Triolet le publie dans les Lettres françaises où il est présenté par Aragon. Son premier livre "Préface à l'amour" sera récompensé du prix Apollinaire. 
En 1967 il découvre son lieu de vie Penne sur Tarn où il prendra sa retraite en 1975 épuisé suite à un infarctus. Il sera heureux d'être guide touristique à Burniquel. Il décède en 1976 suite à une piqûre de tique non détectée. 

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements Brassens dans l'Agenda

Mar:  Agenda Evènements

Avr :  Agenda Evènements

Mai :  Agenda Evènements

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Nos liens favoris

Avril 2018  S.16

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire