Forums Brassens

Les forums de Brassens et de ses poètes

Connexion

Pour s'inscrire sur le site

Pour vous inscrire sur le site, il faut :

  1. cliquer sur le mot connexion en rouge situé sous l'intitulé du site "Le forum de Brassens et de ses poètes". Au centre trois onglets apparaissent.
  2. cliquer sur le deuxième onglet intitulé "je veux m'enregistrer"
  3. saisir le formulaire d'enregistrement
    • les informations obligatoires sont marquées d'une étoile rouge.
    • il faut choisir un ou plusieurs groupes pour en devenir membre
    • être membre d'un groupe donne la possibilité de poster un message dans le forum correspondant
  4. vous allez recevoir par la suite un e-mail à l'adresse que vous avez renseignée dans le formulaire
  5. un lien dans ce mail reçu vous permet de confirmer votre inscription
  6. en parallèle l'administrateur du(des) forum(des) choisi(s) est informé de votre inscription

Les forums que vous aurez choisis lors de l'inscription seront accessibles en lecture et en écriture (via agrément du modérateur)

Les forums non choisis lors de l'inscription seront uniquement accessibles en lecture

A bientôt et bon partage sur nos forums

Connexion au site pour accéder à un contenu plus fourni

Important

Se connecter au site permet d'avoir accès à un contenu beaucoup plus large et à d'avantage de fonctionnalités.

Alors n'hésitez pas à vous inscrire si ce n'est pas déjà fait et n'oubliez pas de vous connecter avec votre identifiant et votre mot de passe.

Pour cela appuyer sur Connexion sous la Photo de Georges dans le bandeau du haut à gauche.

Vous y trouverez les articles de JP, les émissions Jardins d'Isis et Traces de Lumières. Vous pourrez participez au débats des forums.

Pour se faire aider aller voir les aides (Faq) ici http://www.georgesbrassens-gb.eu/index.php?tg=faq&idx=Print&item=1

 

Sur le bas du pavé

Sur le bas du pavé

Hésitant, arpentant le seuil de pauvreté,
Sur le bas du pavé, son chemin d'infortune,
Un mendiant tend la main en quête d'une thune,
De peur, la faim au ventre, à son sort, confronté...

D'intérêt "parent pauvre", il ne fait pas la "Une",
Subissant le revers de la réalité,
C'est la tache souillant toute félicité,
C'est un destin perdu, c'est l'ombre de la lune...

Je ne sais que penser ou comment militer ?
Il y a tant d'espoir face à tant de lacunes ;
Peu de choses, je crois, peut le réconforter...

Mais le profit injuste, aux pauvres, tient rancune ;
La valeur est d'argent et sans humanité,
Sauf  si de la bonté devient force commune...

JP F. Sitting Bull  (février 2018)

Traces de lumière du 12 Février 2018 : L'amour et le sentiment amoureux

L'exaltation du sentiment amoureux

Christian Malaplate est accompagnée de Viviane Nau, lectrice des poèmes choisis par Christian Malaplate.

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Il est des mots...

Il est des mots...

 

Jouer avec les  mots puisés d'un dictionnaire,

Se les approprier, sort extraordinaire,

Les transférer, échus, là sur un parchemin,

Que danse un beau ballet sous les doigts de la main...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Ecrire avec son âme, un brin de poésie,

Qu'une plume chatouille une muse ravie,

Et pour peu que ça rime, émis avec passion,

Donner à la raison, du bon sens en fusion...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Depuis qu'avant la craie au tableau indicible,

Nos premiers mots d'enfants, jolis, parfois risibles,

Ont perdu leur fraîcheur... - raviver ce plaisir

Dans un flot de candeur, de malice à saisir...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Ne pas avoir ces mots de dispute en tumute,

Refuser les slogans belliqueux de l'insulte,

Se méfier des diktat habilement tourné ;

Se méfier du pouvoir des propos détournés ...

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Car les mots font l'amour, ils font l'art et les lettres,

Tantôt chaud ou coquin, ils gênent parfois l'être ;

Ils sont aussi tendresse et d'un ton nuancé,

Savent communiquer liberté de penser...  

 

Il est des mots croisés dans les yeux d'un sourire

Il est des mots fléchés sur nos coeurs en délire

Il est des mots cachés qu'on aime parsemer

Il est des mots d'esprit brillant pour nous charmer

 

Alors mes mots à moi, comme une douce envie,

J'aime les promener pour créer souffle et vie,

Voyageant sur mes vers, et pourtant bien présents,

Coule l'encre du rêve en merveilleux présents...

 

JP F. Sitting Bull (Janvier 2018)

Traces de lumière du 05 Février 2018 : Andrée Chedid

Le pouvoir de l'écriture

Andrée Chedid, née au Caire en 1920 et morte à Paris en 2011,  est une femme de lettres et poétesse française d'origine libanaise chrétienne. Elle est la mère du chanteur Louis Chedid et de Michèle Chedid-Koltz, peintre, et la grand-mère du chanteur Matthieu Chedid.

Elle fait ses études dans des écoles françaises, puis elle intègre l'Université américaine du Caire. Elle apprend l'anglais et perfectionne son français. Elle rêve d'être danseuse. Elle se marie avec un médecin à 22 ans. En 1942, elle part vivre au Liban avec son mari. C'est en 1946 qu'elle s'installe définitivement à Paris, où elle commence à publier ses recueils de poésie.

Son œuvre est un questionnement continuel sur la condition humaine et les liens entre l'Homme et le monde. Andrée Chedid, dans toute son œuvre, célèbre la vie tant aimée, tout en ayant une vive conscience de sa précarité. Elle encourage chaque homme à accepter l'altérité. Son style, très travaillé se caractérise par sa fluidité. Elle évoque l'Orient avec une grande sensualité pour mettre en avant ses parfums. Elle s'attache aussi à décrier la guerre au Liban.

Elle a reçu le Prix Goncourt de la poésie en 2002

Le Printemps des poètes 2009 voit le lancement du premier concours Andrée Chedid de poèmes chantés, qui a été reconduit pour la deuxième année lors de l'édition 2010..

Elle est Grand officier de la Légion d'honneur depuis le 12 avril 2009.

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Jardin d'Isis du 11 Janvier 2018 : Raymond Queneau

La poésie de Raymond Queneau

Écrivain érudit à l'esprit encyclopédique, Raymond Queneau est né le 21 février 1903 au Havre, fils de modestes commerçants. Après son Bac, au début des années '20, il monte à Paris pour suivre des études de philosophie à La Sorbonne. Il commence à s'intéresser aux langues (le sanscrit, l'arabe, l'hébreu) et à la littérature mais aussi à l'anthropologie, à la psychanalyse, aux mathématiques et aux religions.

En 1924 Raymond Queneau rejoint le groupe des Surréalistes, côtoyant d'abord des auteurs comme Philippe Soupault, Michel Leiris ou André Breton, puis après son service militaire effectué en 1925 en Algérie (dans les Zouaves), le poète Jacques Prévert, le peintre Yves Tanguy, l'historien du cinéma Georges Sadoul et Marcel Duhamel, fondateur de la Série Noire aux éditions Gallimard. Il obtient en 1926 une Licence ès lettres mention philosophie, épouse Janine Kahn en 1928. Il rompt avec Breton en 1929 et commence à écrire véritablement au début des années '30, se lançant dans une compilation d'oeuvres de "fous littéraires" qu'il tentera vainement de faire publier sous le titre d'Encyclopédie des sciences inexactes. Il suit parallèlement des cours de philosophie et d'histoire des religions avec notamment Alexandre Kojève et Charles-Henri Puech. Pour gagner sa vie Raymond Queneau travaille successivement comme employé de banque, professeur de français et journaliste. De 1931 à 1933, il collabore avec Georges Bataille à la Critique sociale, revue du Cercle Communiste Démocratique dirigée par Boris Souvarine, tout en effectuant en 1932 un voyage de 5 mois en Grèce dont la langue le passionne.

En 1933 Raymond Queneau publie à la Nrf son premier livre, Chiendent, transposition en sa savante langue "néo-française" à la fois classique et ludique du Discours de la méthode, immédiatement récompensé du premier Prix des Deux-Magots. Il entre en 1938 au comité de lecture des éditions Gallimard, chargé en particulier du domaine anglo-saxon, avant d'être nommé directeur du comité de lecture de la Nouvelle Revue Française (Nrf) en 1941. Exercices de style, roman composé de 99 mini-romans différents racontant la même anecdote, publié en 1947, est son premier grand succès public. La même année il publie sous le pseudonyme de Sally Mara — pour cause de censure encore sévère à l'époque sur la littérature érotique — On est toujours trop bon avec les femmes.

Figure du Saint-Germain des Prés des années '50, Raymond Queneau devient membre du Collège de Pataphysique, de la Société mathématique de France, de l'Académie Goncourt... et fonde avec Boris Vian l'Académie de la Moule poilue. Son poème intitulé Si tu t'imagines, mis en musique par Joseph Kosma à l'initiative de Jean-Paul Sartre et chanté par Juliette Gréco, devient un hit. En 1954 il prend chez Gallimard la direction de l'Encyclopédie de la Pléiade qu'il assurera jusqu'à la fin de sa vie. Zazie dans le métro, sorti en janvier 1959 et adaptée au cinéma l'année suivante par Louis Malle, lui apporte la consécration. En 1960 Raymond Queneau fonde avec François Le Lionnais l'OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), école qui prône l'utilisation de structures mathématiques dans la création littéraire. Son livre Cent mille milliards de poèmes, publié en 1961, est un des meilleurs exemples des travaux de ce groupe où l'on trouvera plus tard Georges Perec, Jacques Roubaud et Italo Calvino.

Au total l'oeuvre de Raymond Queneau compte une quinzaine de romans (Le Chiendent, Gueule de pierre, Les Derniers Jours, Odile, Les Enfants du Limon, Un rude hiver, Les Temps mêlés, Pierrot mon ami, Loin de Rueil, On est toujours trop bon avec les femmes, Saint-Glinglin, Le Journal intime de Sally Mara, Le Dimanche de la vie, Zazie dans le métro, Les Fleurs bleues, Le Vol d'Icare), des essais (Pour un art poétique, Pour une Bibliothèque Idéale, Bâtons, chiffres et lettres — qui contient notamment une étude sur la réforme de l'orthographe,...), des recueils de poèmes (Chêne et chien, Les Ziaux, Courir les rues, Battre la campagne, Fendre les flots), des pièces de théâtre (En passant), des traductions (Edgar Wallace, Maurice O'Sullivan, Sinclair Lewis, George Du Maurier, Amos Tutuola,...), de nombreux articles (réunis dans Bords et dans Le Voyage en Grèce), ainsi que des entretiens (avec Georges Charbonnier), des scénarios et des dialogues de films (Monsieur Ripois, La Mort en ce jardin,...). On lui doit aussi un journal qui s'étend de 1914 à 1965. Ses oeuvres complètes sont réunies dans les trois volumes de la Bibliothèque de la Pléiade.

Raymond Queneau est décédé à Paris le 25 octobre 1976, à l'âge de 73 ans.

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Emission Prélude du 18 Décembre 2017 : Gabriel Fauré

Oeuvres mélodiques et orchestrales

Gabriel Fauré est un Compositeur français né à Pamiers en 1845 et mort à Paris en 1924.

Gabriel Fauré est une figure musicale importante de la fin du XIXème siècle en France. Héritier de l’école Niedermeyer, influencé par Camille Saint-Saëns et Frédéric Chopin, il a largement contribué à l’essor de la musique française.

Gabriel Fauré, devant ses prédispositions musicales, intègre très tôt la nouvelle école de musique religieuse fondée par Louis Niedermeyer. Outre l’enseignement du fondateur de l’école, il y reçoit les conseils de Camille Saint-Saëns et Gustave Lefèvre.

Parallèlement à son activité de compositeur, Fauré mène une vie active au sein d’institutions musicales, notamment en tant que directeur du Conservatoire de Paris, maître de chapelle puis titulaire du grand orgue de l’église de la Madeleine, ainsi qu’en tant que co-fondateur de la Société Nationale de Musique.

Son catalogue abonde d’œuvres pour piano, intimistes, parfois appelées pièces de salon: barcarolles, nocturnes, arabesques, valses-caprice, impromptus, fantaisies ou ballades. Il façonne un langage musical qui lui est propre, des enchaînements harmoniques que l’on qualifie encore aujourd’hui de « fauréen ». Il excelle également dans la mélodie dont les plus célèbres recueils sont la Bonne chanson et L’Horizon chimérique.

Cliquer sur l'image ci-dessous pour écouter l'émission

Webmaster - Powered by Ovidentia
Ovidentia™ is a registered trademark of Cantico.

Liste des évènements Brassens dans l'Agenda

Les articles de JP Sitting Bull

Lettres de Brassens et ses poètes

Jardin d'Isis

Traces de Lumières

Prélude

Brassens, Brel, Ferrré

Nos liens favoris

Février 2018  S.8

L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Utilisateur

Vous n'êtes pas connecté

Multi -Forums Brassens

Michel LAVAUD

Dans cette section hommage à Michel LAVAUD poète et chanteur creusois  

Michel Lavaud

Questionnaire